Malamine Koné

Inline image 1

 


Malamine Koné (born on December 21, 1971) is a French businessman originally from Mali. He was born in the village of Niéna, a village situated in the South West of Mali, near Bamako in Mali. 

His early life as a boxer has left him with an impressive body. His nickname of the "Panther" is synonamous with an impressive and successful business success. Malamine Koné has created a famous range of sports clothes with a feline logo. The clothes have become an amazing success with the young. The Airness label has managed to raise itself to the level of the top brands with an annual turnover of over 100 000million Euros. In 2007 the International Chamber of Commerce awarded Malamine with the trophy of "the most remarkable entrepreneur of the year". His success is a symbol for those other who have the same poor suburban immigrant origins and who aspire to achieve something.

Originating from a poor family, Malamine was a bear footed shepherd in Mali, watching over a flock of sheep until the age of ten, when his parents, who had come to France, had him join then. Coming to France at the age of ten, he didn't speak a word of french, had never been to school, the challenge was formidable. Malamine made making the impossible possible his motto.

The need to communicate inscited him to achieve the impossible, he came out of school with success, he went to University and after two years was ready to become a Police Inspector, however he turned to Boxing and soon beome double champion of France. Unfortunately he had a serious road accident and badly damaged his knee. After twelve operations over a five year period, he reflected on his life and ambitions. 

His clothing company was the result of his ideas, he created his clothing comany and it is today the top french brand that supplies sportswear to football clubs. Malamine continues to fight for the success of his brand and is an ardent supporter of effort by all young people from poorer areas who wish to break out of their mould and achieve something. 





Malamine Koné, débarqué du Mali à l'âge de 10 ans sans connaître un mot de français, est aujourd'hui très courtisé. Par des comédiens, par des banquiers qui lui proposent des deals (une association avec le mythique Coq sportif par exemple) et, depuis peu, par toutes les chaînes de télé et même plusieurs partis politiques qui voient en lui un modèle de réussite pour tous les jeunes des quartiers difficiles.
 
Airness génère aujourd'hui entre 80 et 100 millions d'euros de chiffre d'affaires après à peine six ans d'existence.
 
Malamine Koné aurait pu être boxeur professionnel – il a été deux fois champion de France amateur – ou policier – il est titulaire d'un Deug de droit. Mais un genou cassé en a décidé autrement. Souvent, les réussites exemplaires débutent à partir de peu. Il s'est lancé en démarchant des magasins de sport après avoir imprimé son emblème – la panthère, son surnom sur les rings – sur cinq sweats. Par chance, l'un d'entre eux les lui a pris. Cinq, puis vingt, puis cinquante maillots. Ils se vendaient en une journée. La demande existe. Pour y répondre, il monte son affaire.
 
Son ambition ? Développer le capital de marque d'Airness pour rivaliser avec les Nike et Adidas, qui réalisent tout de même un chiffre d'affaires de 11,3 et 9,6 milliards d'euros.
 
Le dispositif de Malamine Koné est simple : trouver les partenaires industriels qui lui offriront la meilleure expertise et les meilleures conditions pour fabriquer et distribuer ses produits. Pour l'heure, il compte dix partenaires, dont le groupe JAJ pour le sportswear, et Ulsport pour l'équipement des sports collectifs. A charge pour lui de créer un univers de marque suffisamment attractif. C'est le nerf de la guerre et le rôle de sa société, MK Promotion, dont la mission est de concevoir le design des produits, de réfléchir au marketing et de gérer la communication d'Airness à travers la publicité et le sponsoring. MK Promotion fonctionne comme une véritable tour de contrôle, avec une équipe de sept personnes, des graphistes, des designers, des communicants totalement dévoués.
 
Et pour cause, Malamine Koné leur a donné à toutes leurs chances. « Je veux des jeunes, des bagarreurs qui apportent un esprit neuf. » La mécanique aussi est astucieuse : l'ex-boxeur ne prend aucun risque industriel. Et les conditions financières qu'il obtiendra seront à la hauteur du potentiel commercial de sa marque.
 
Au total, ses partenaires reversent 16 % de leur chiffre d'affaires. « MK Promotion perçoit une commission de 6 %, précise-t-il. 5 % sont consacrés à la communication, 1 % à la recherche et au design. » Le commandant de la tour prend la plus grosse part, soit les 10 % restants. Malamine Koné a très vite décrypté les codes qui ont fait le succès des Nike et autres Adidas : investir massivement sur les rois du stade pour profiter de leur notoriété. Il a juste adapté les codes à ses moyens.
 
Ainsi, pour s'imposer sur le terrain de la communication et conquérir son public, il s'est appuyé très tôt sur les joueurs de foot. L'ancien champion est allé sur les pelouses repérer des talents prometteurs, auxquels il a fourni gracieusement ses équipements. Il a eu du flair puisque, parmi eux, beaucoup sont devenus des stars comme Djibril Cissé (Marseille) et Didier Drogba (Chelsea), qui ont porté du Airness en dehors des stades et souvent à l'occasion de leurs conférences de presse. Moyennant cette fois rémunération (250 000 euros pour trois ans), c'est au tour de Sylvain Wiltord de porter les couleurs de la marque. Dernièrement, il vient de conclure un partenariat avec la tenniswoman Nadia Petrova.
 
 
SOURCES:
L'entrepreneur africain

Leave a Reply