Alain Moloto

IN MEMORIAM
Inline image 1
Alain Moloto, fils de papa Moloto Evariste (militaire) et de maman Bikoka Régine est originaire de la province de l'Equateur. Troisième dune famille de 15 enfants, il a été fortement marqué par une enfance particulièrement agitée. Alors qu'il est âgé de 3 ans, sa mère est obligée de le quitter et d'aller vivre ailleurs. Cette situation le contraint à mener une vie de battant. Et c'est depuis le bas âge qu'il a appris à lutter pour sa vie. Il n'aime pas se rappeler cette période de la vie. Et pour lui permettre de mettre parfaitement une croix à cette époque sombre, Dieu lui a envoyé une gracieuse épouse en la personne de Christine Tshiabu et quatre adorables enfants dont 2 filles et deux garçons. Le Couple a déjà totalisé 13 ans de vie conjugale.
Né à Kisangani, le 27 juillet 1961, frère Alain n'a pas un régime alimentaire exigeant. Il mange tout ce qui lui est présenté et qui est propre à la consommation. Il a effectué une grande partie de ses études dans la ville cuprifère de Lubumbashi avant de rejoindre Kinshasa pour les humanités et les études supérieures.
L'adorateur et sa Mission
En 1983 lorsque le frère moloto, responsable du Groupe Adorons l'Eternel (Gael), débute ses études supérieures à l'ISC (Institut supérieur de commerce), il s'engage dans le théâtre universitaire dans lequel il écrivait particulièrement des chansons françaises dans le cadre de la dramaturgie. Il y joue le rôle de chantre et de parolier. Sa grande et merveilleuse surprise est qu'en dehors du théâtre, les gens s'intéressaient vraiment à ses chansons. Il est ainsi poussé un peu plus tard a embrassé une carrière en solo. Avec sa guitare, il compose et chante des cantiques d'un autre tempérament : ils permettent à ceux qui l'entendent d'entrer dans une profonde méditation.
Premier disque enregistré, Masanjoli. Ce produit, essentiellement de l'adoration, est édité en quantité très limitée. Ce qui ne lui permet pas de parvenir à tous. Sa chanson est justifiée par un besoin de développer une intimité avec le Christ. Plus tard il va créer son premier groupe: « la main de l'Eternel ».
Au début de la décennie 90, le frère Gael co-anime, sur les ondes de la radio Chrétienne Sango Malamu « l'émission Musique Chrétienne ». C'est à partir de ce moment précis qu'il sent un besoin d'adoration dans la population Congolaise. Seul obstacle, ses textes et chansons sont pour la plupart en français et pourtant la masse ne comprend pas très bien la langue de Voltaire. Il fait la distinction entre la louange universelle qui est l'apanage de tout être et la louange des rachetés qui nécessite de passer par la croix pour les choses dans une autre vision. Le chrétien qui s'associe aux païens pour adresser une louange à l'Eternel se rabat au niveau de la louange universelle, a-t-il poursuivi. La première vie est celle de la louange universelle tandis que la seconde, est celle de l'activité sacerdotale.
Fait par Jules Tambwe
SOURCES:




Leave a Reply