Xavier Kitumaini

Inline image 1
Le pasteur Xavier Kitumaini, la quarantaine, s'est fait porte-parole des prostitués, pour que leurs droits soient respectés. Le mois passé, il était en campagne de sensibilisation et d'identification des professionnelles du sexe à Goma. Interview.
Qu'est-ce qui peut motiver un homme de Dieu comme vous d'approcher de près les prostitués ?
L'amour du prochain d'abord. Les prostitués sont des gens comme nous. Ce sont nos sœurs et nos filles. Leur métier de professionnelle du sexe n'ôte pas leur droit d'être aimé ou de mériter notre attention.
N'est-il pas péché pour un pasteur de côtoyer les prostituées ?
Côtoyer les prostitués n'est pas en soi un péché. Tout dépend des intentions. La réponse à votre question : c'est mon attitude même envers ces gens que la plupart diabolisent. Je suis un pasteur et je les approche. Mon objectif est de les aider. Ce qui n'est pas un péché. Bien au contraire, c'est même encouragé par la bible.
En quoi consiste exactement votre assistance aux prostitués ?
Au départ, c'est d'abord un soutien moral et organisationnel. Mais tout cela n'est qu'une méthode pour atteindre mon but le plus important qui est : la conversion de ces brebis égarées. C'est par une preuve d'amour et en leur prêtant attention que ces dernières reviendront à la raison. Ce n'est pas en les marginalisant, qu'elles prendront conscience de la nécessité du changement.
Parlant de la procédure, comment procédez-vous pour les encadrer ?
J'ai commencé par une série de sensibilisations. Et c'est ma principale activité dans le milieu des prostitués. Il s'agit de leur inculquer l'estime de soi. Ensuite, je les aide à prendre conscience de leurs droits. Et cela est possible seulement si elles se réunissent en corporation. C'est la meilleure façon pour elles de faire valoir leurs droits.
Les prostitués ont des droits aussi qui ne sont pas respectés ?
Évidemment. Elles en ont comme tout le monde. Elles méritent d'être protégées pendant la nuit par exemple. À ce moment, elles sont exposées à tous les dangers. Certaines ont été plusieurs fois victime de séquestration et de viol. Mais personne n'en parle et ces filles se taisent parce qu'elles ont honte.
Yaga
SOURCES:

Leave a Reply