Christopher Mutamba Ngoyi

Inline image 1
Christopher Ngoyi Mutamba, activiste des droits de l’homme et coordonnateur général de la société civile de la RDC.
11 septembre 2016.

Cet ingénieur  de 56 ans fait partie de ceux qui avaient initié la pétition pour réclamer le départ du pasteur Daniel Ngoy Mulunda à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Il est également l’un de ceux qui avaient mobilisé la population kinoise à s’opposer à la révision de la loi électorale que la majorité présidentielle préparait, selon lui, en janvier 2015.

Arrêté  comme  l'un de principaux organisateurs des émeutes de janvier 2015 àv Kinshasa, Christopher Ngoy a passé  une année, huit mois et huit jours  en prison. Il raconte les conditions de son incarcération qu’il juge difficiles et très pénibles. 

Dans son entretien avec Kelly Nkute, Christopher Ngoy parle de son combat pour le respect de droits de l’homme et des textes fondamentaux  de la République. 


—————-
Christopher Ngoyi, défenseur des droits de l'homme, a été enlevé à Kinshasa le 21 janvier 2015. Depuis, il est détenu au secret. Il s’était engagé dans la mobilisation populaire en vue de manifestations contre la modification de la loi électorale.

—————-

En République démocratique du Congo, cela fait maintenant un an que Christopher Ngoyi Mutamba est détenu. Ce militant de la société civile avait été arrêté en janvier 2015, au moment des manifestations à Kinshasa contre la réforme du Code électoral. Depuis, son procès s'est ouvert et Christopher Ngoyi Mutamba est officiellement accusé d’incendie volontaire, actes de pillage et incitation à la haine raciale. Une rencontre était organisée ce jeudi pour réclamer sa libération.

Pour le fils de Christopher Ngoyi Mutamba, Maître Patrick Ngoyi, le président Kabila doit tenir sa promesse et appliquer des mesures de grâce avant la tenue du dialogue politique. La famille espère toujours le voir libéré, mais aussi innocenté : « On ne peut pas se permettre de ne pas avoir espoir, parce que c’est la seule chose qui nous donne, ainsi qu’à lui, le moral de tenir. Parce que nous croyons en son combat, nous avons espoir que ce dossier va évoluer. Il doit évoluer. »

Jean-Bosco Puna, le secrétaire permanent de la société civile de la RDC, était aussi un proche collaborateur de Christopher Ngoyi. Il dénonce une détention arbitraire : « Il se retrouve en prison, ça attriste le peuple congolais. Ça nous attriste nous, ses camarades. Et je crois que pour tous ceux avec qui ils sont en prison, notamment Fred Bauma et Yves Makwambala, nous ne pouvons qu’exiger la libération de ces pro-démocrates et la libération de Christopher, parce que leur détention, jusqu’à ce jour, paraît arbitraire. »

A cette rencontre également : l’opposant Martin Fayoulou, qui avait créé, avec Christopher Ngoyi, la plateforme Sauvons le Congo. « Nous réclamons simplement qu’il soit libéré, qu'il nous soit rendu, confie-t-il. Christopher Ngoyi est un élément très important dans notre système pour mobiliser les masses congolaises afin que la démocratie s’instaure dans ce pays. » Pour tous ses proches, Christopher Ngoyi Mutamba n’est rien d’autre qu’un prisonnier d’opinion.


Par RFI Publié le 22-01-2016 Modifié le 22-01-2016 à 13:28

SOURCES: 




Leave a Reply